top of page

Anatomie du chanteur

Dernière mise à jour : 13 déc. 2020

L'appareil phonatoire comprend le nez et les fosses nasales, les lèvres, la langue, le palais et le le voile du palais, le pharynx, le larynx, les cordes vocales, la glotte, la trachée, le thorax, les bronches et bronchioles, les poumons et alvéoles, le diaphragme, l'abdomen et la colonne vertébrale.


Il est parfaitement légitime d'argumenter que notre instrument voix va bien au-delà des organes cités plus haut et que, tout comme une guitare qui ne se définit pas que par ses cordes mais bien par toute sa forme propre à elle, l'instrument voix est en réalité tout ce qui nous représente, des doigts de pieds à la tête, en passant par nos expériences, nos émotions, et notre personnalité.


Mais dans cet article, nous nous focaliserons sur le côté plus scolaire de la voix.

Les cordes vocales, plus scientifiquement appelées "plis vocaux", sont l'organe principal responsable de la phonation dans notre corps. Elles sont deux petits muscles de 3 mm d'épaisseur environ, et mesurent en moyenne 9 à 15 mm de long chez la femme, et 18 à 24 cm de long chez l'homme.


Il ne faut pas les confondre avec les bandes ventriculaires, aussi appelées "fausses cordes vocales", qui sont des replis de muqueuse situées au-dessus des "vraies" cordes vocales.

Le larynx, qui se trouve dans le cou, juste sous l'os hyoïde, entre le pharynx et la trachée, et qui abrite les cordes vocales, est l'organe de la phonation. Il joue également un rôle vital dans le processus de respiration, et protège, via l'épiglotte qui se ferme comme un clapet, les voies respiratoires, en dirigeant les aliments, les boissons et la salive, vers l'œsophage, afin de les empêcher de pénétrer dans la trachée.


Parfois, il peut arriver qu'un peu de nourriture ou liquide dépasse l'épiglotte. Dans ce cas, les cordes vocales se contractent pour bloquer les indésirables, et une toux instantanée vient à la rescousse pour tout repousser hors du larynx.


Ceci prouve d'ailleurs que boire des boissons au miel ou autre recette de grand-mère n'a en réalité aucun effet sur les cordes vocales puisque seul l'air est sensé entrer en contact avec. En revanche, fumer les affecte directement.



Le larynx mesure, chez la femme, environ 3,5 cm de haut et 2,5 cm de diamètre. Chez l'homme, il est plus grand, et mesure environ 4,5 cm de haut et 3,5 cm de diamètre, soit un centimètre de plus que chez la femme, ce qui explique pourquoi le cartilage thyroïde (pomme d'Adam) est visible chez l'homme mais pas chez la femme.


Il est par ailleurs constitué de :

  • Cartilages

  • Articulations

  • Ligaments

  • Membranes

  • Artères

  • Muqueuse

  • Glande thyroïde


Et de muscles, dont en voici huit qui tiennent un rôle important dans le processus de phonation :


  • Crico-aryténoïdien latéral : adduction (rapprochement) des cordes vocales (= fermeture de la glotte) - lorsqu'on parle ou chante

  • Crico-aryténoïdien postérieur : muscle dilatateur - abduction (écartement) des cordes vocales (= ouverture de la glotte) - respiration

  • Crico-thyroïdien : tend, allonge, affine les cordes vocales (voix de tête)

  • Thyro-aryténoïdien : raccourcit, gonfle, épaissit les cordes vocales (voix de poitrine)

  • Thyro-hyoïdien : élève et abaisse le larynx et l'os hyoïde

  • Ary-épiglottique : abaisse et élève l'épiglotte

  • Aryténoïdien transverse : muscle constricteur - resserre l'épiglotte (= ferme les cordes vocales)

  • Aryténoïdien oblique : en forme de croix, passe par-dessus l'aryténoïdien transverse - muscle constricteur - resserre l'épiglotte (= ferme les cordes vocales)




Lorsque nous respirons, la trachée est ouverte, pour laisser l'air circuler. Lorsque nous voulons parler ou chanter, tout commence par une inspiration. Pour cela, le cerveau donne l'ordre au diaphragme (grand muscle qui sépare le thorax de l'abdomen) de se contracter, pour assurer une entrée d'air considérable dans les voies respiratoires. Le relâchement du diaphragme permet l'expiration.

Le diaphragme n'est pas le seul muscle sollicité dans le processus de la respiration. Les muscles abdominaux assurent une posture adéquate, ce qui permet aux muscles intercostaux de demeurer ouverts et en expansion afin d’utiliser un plus grand espace dans la partie inférieure du poumon.

Pour émettre un son, le cerveau donne également l'ordre aux cordes vocales de se refermer. L'air expulsé des poumons est alors bloqué dans la trachée, et vient faire pression contre les cordes vocales. Lorsqu'il parvient enfin à passer, cela provoque une modulation du flux d'air et donc, fait vibrer les cordes vocales. C'est ainsi que le son se créée.

Mais à ce stade, ce ne sont que des vibrations, à peine audibles, lesquelles doivent se propager dans différents résonateurs : le torse, la tête (qui est associée aux hautes fréquences - voix de tête), la gorge, le pharynx, le nez, le voile du palais. Tous ces résonateurs vont amplifier les vibrations. Enfin, les mouvements de la mâchoire, du palais, de la langue, des dents et des lèvres, vont sculpter le son.

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page